top of page

GoviEx Uranium se concentre sur la Zambie

Nous sommes en janvier 2023 et l'entreprise GoviEx Uranium dirigée par Daniel Major annonce vouloir vendre ses permis d'exploration maliens. 6 mois plus tard, la vente n'a pas abouti et le 25 août 2023, les permis sont arrivés à expiration avec l’impossibilité de les renouveler. Le gouvernement malien aurait mis sur pause toute attribution de permis miniers depuis novembre dernier avec, entre autre, l'objectif de renégocier les contrats en cours et assainir le secteur.


L'entreprise canadienne se concentre donc sur deux projets importants : le projet d'uranium Madaouela au Niger et celui de Mutanga en Zambie. GoviEx Uranium qui compte dans ses équipes des professionnels du secteur minier et financier tels que Christopher Wallace ou encore le québecois Benoit Lasalle a réussit à soulever en avril et octobre 2022, et plus récemment en décembre 2023, plusieurs dizaines de millions de dollars notamment avec les partenaires financiers EightCapital et Sprott Capital Partners (22/04/2022, .


Alors que l'entreprise a publié une première étude de faisabilité en septembre 2022, pour le moment cependant, son projet d'uranium nigérien semble compromis. La situation politique du pays avec le coup d’État du 26 juillet 2023 et les sanctions économiques de la CEDEAO font peser des lourdes incertitudes sur le projet, et ce malgré un marché favorable aux produits uranifères avec des prix s'envolant à 82$ la livre, du jamais vu depuis 12 ans.


GoviEx Uranium semble depuis ces derniers mois se concentrer sur son projet en Zambie.


Accélération en Zambie

Le projet Mutunga consiste en trois permis miniers contigus : Muntanga et Dibbwi attribues le 26 mars 2010, et Chirundu le 9 octobre 2009, valable 25 ans. Après quelques déboires avec le département du cadastre minier de Zambie en 2020 et la révocation des permis d'exploitation minière de Chirundu, en mai 2021 les permis ont été rétabli, sous réserve du lancement d'une étude de faisabilité en 2023.


Les choses s’accélèrent donc pour GoviEx. Alors qu'entre janvier et septembre 2022 l'entreprise a dépensé 2,8 millions USD sur son projet Madaouela au Niger contre 2,6 millions USD sur son projet zambien, la tendance est en train de s'inverser en 2023. Dans son dernier rapport financier, l'entreprise annonce avoir dépensé sur la même période 1,3 millions USD au Niger contre 4 millions en Zambie, dont 2 millions en forage et 1,3 millions sur l’étude de faisabilité et l’étude d'impact environnemental et social. L'étude de faisabilité, attendue en 2024, a été confié à Ukwazi Site Services, SGS Bateman et SRK UK.




Posts similaires

Voir tout

GoviEx avance sur son forage en Zambie

L'entreprise canadienne GoviEx Uranium Inc. annonce avoir terminé son programme de forage à l'appui de son étude de faisabilité en cours sur son projet d'uranium Muntanga en Zambie. L'étude de faisab

GoviEx Uranium poursuit des activités au Niger

Des dirigeants militaires ont pris le contrôle du gouvernement du pays et il est dit qu'ils détiennent en otage le président Mohamed Bazoum. "Nos employés sont en sécurité et continuent de travailler

Minière Africaine Copyright © 2022 Minière Africaine. All rights reserved.

bottom of page