top of page

Le Burkina Faso nie avoir favorisé Nordgold pour un permis d'exploitation de mine d'or

Le Burkina Faso n'a pas accordé un permis d'exploitation minière à Nordgold parce qu'il s'agit d'une société russe, a déclaré dimanche à Reuters son ministre des Mines, réfutant les inquiétudes occidentales selon lesquelles la junte au pouvoir cherche à se rapprocher de Moscou.


"Nous n'avons pas accordé le permis à Nordgold parce que c'est une société russe, loin de là", a déclaré Simon-Pierre Boussim dans une interview à Reuters en marge de la conférence Mining Indaba au Cap.

"Nous ne donnons pas de permis aux gens parce qu'ils viennent de Russie, ou des États-Unis... nous donnons des permis aux entreprises qui paient des impôts et respectent nos lois."


Le gouvernement - qui a pris le pouvoir en septembre lors du deuxième coup d'État du pays en seulement huit mois - a accordé un permis d'exploitation aurifère à Nordgold en décembre.

Nordgold exploite les mines de Bissa et de Bouly dans ce pays d'Afrique occidentale riche en or. Elle possède également la mine Taparko, qu'elle a fermée en avril de l'année dernière en raison de risques pour la sécurité.

Nordgold a demandé le permis d'exploitation de la mine de Yimiougou en 2017, a indiqué M. Boussim. La mine, située dans la province du Sanmatenga de la région Centre-Nord, devrait produire 2,53 tonnes d'or au cours de sa durée de vie de quatre ans, selon le gouvernement.


Jean-Baptise Kabore, fonctionnaire du ministère des Mines, a déclaré que la mine devrait commencer à produire cette année.

Nordgold, qui est sous le coup de sanctions américaines, n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.


En décembre, le président ghanéen Nana Akufo-Addo a suscité la controverse en déclarant que le Burkina Faso avait engagé des mercenaires du groupe russe Wagner pour l'aider à combattre les militants islamistes, et qu'il les payait par le biais d'une mine.

Le Burkina Faso a nié avoir payé des mercenaires russes en leur donnant les droits d'une mine, mais n'a pas officiellement confirmé ou démenti l'allégation selon laquelle il aurait passé un accord avec Wagner.


Le Mali, voisin du Burkina Faso, a engagé Wagner l'année dernière pour l'aider à combattre les insurgés.

La perspective de voir le groupe étendre sa présence en Afrique inquiète la France et les États-Unis, qui affirment qu'il exploite les ressources minérales et commet des violations des droits de l'homme dans les pays où il opère.


L'aggravation du conflit dans le nord du Burkina a porté atteinte à la production d'or, entraînant la fermeture de plusieurs mines et une baisse de la production dans d'autres. La baisse de productivité est en partie due à des retards dans l'obtention d'escortes de sécurité pour les convois qui livrent des fournitures à la mine dans l'est du pays, a déclaré la société. Boussim a déclaré qu'il pensait que la production d'or allait augmenter et que le gouvernement allait mieux contrôler la situation sécuritaire dans les mois à venir. "Une mine ne peut être sûre que si le pays lui-même est sûr", a déclaré M. Boussim.


Le Burkina Faso prévoit de construire une raffinerie d'or pour augmenter la valeur qu'il tire de ses ressources minérales. M. Boussim a déclaré que le gouvernement recevait l'intérêt d'investisseurs, sans donner de précisions.

Le gouvernement n'a pas encore décidé si la raffinerie traitera l'or des mines industrielles ou celui du vaste secteur minier artisanal du pays, a précisé M. Boussim.

Posts similaires

Voir tout

Minière Africaine Copyright © 2022 Minière Africaine. All rights reserved.

bottom of page